Les manoirs

Contenu de la page : Les manoirs

Quatre manoirs témoignent encore du riche patrimoine architectural bruzois : la Pommeraie, Saint-Armel, les Ormeaux, la Noë.

Le manoir de la Pommeraie

-JPEG-426.7 ko

La métairie de la Pommeraie fait partie, à l’origine, du domaine de Pierrefitte.
En 1775, elle est achetée par le sénéchal Guillaume Joseph Legraverend, grand-père d’Hippolyte, député d’Ille-et-Vilaine très populaire. Il agrandit son domaine et, à sa mort, lègue tous ses biens à l’Hôpital de Rennes. Le manoir abrite un hospice jusqu’en 1989.
Depuis 2009, il est transformé en résidence hôtelière.

Propriété privée (hameau de Pierrefitte, route de Laillé).

Le manoir Saint-Armel

-JPEG-894.7 ko

Le premier manoir, totalement détruit, fut reconstruit deux fois.
Il appartenait aux évêques de Rennes, seigneurs de la paroisse de Bruz jusqu’à la Révolution.
Yves Mahyeuc, confesseur d’Anne de Bretagne, de Charles VIII et de Louis XII, en fut l’un des hôtes les plus célèbres.

Propriété privée (route de Laillé), visible de la route.

Le manoir des Ormeaux

-JPEG-912 ko

Construit vers 1870, en remplacement du manoir de la Bihardais détruit par la construction de la voie ferrée, le manoir des Ormeaux est désormais propriété de l’État (Ministère de la Défense) après son rachat lors de l’installation de l’établissement de réserve générale du matériel électronique de l’armement en 1951.
Outre le corps principal, les anciennes écuries du manoir et sa serre semi-circulaire dotée d’un moyen de chauffage autonome au bois, offrent un ensemble architectural harmonieux.

Propriété privée, visible de la route.

Le manoir de la Noë

-JPEG-543.3 ko

Le bâtiment d’habitation possède deux corps de logis. Des communs, il ne subsiste qu’une petite écurie.
Le manoir devint la demeure d’Armand Bernard de la Durantais, Maire de Bruz, à partir de 1852.
Sa construction se caractérise par la diversité des matériaux utilisés, des schistes verts et violets jusqu’aux pierres calcaires, ou encore les entourages de brique pleine pour les percements du XIXe siècle.

-JPEG-573.9 ko

L’ancienne demeure et son environnement ont subi des transformations au fil du temps.

Aujourd’hui, le manoir de la Noë est propriété de la commune.

Dans cette rubrique

retour en haut de page