Accueil du site > Découvrir Bruz > Patrimoine naturel > La Vilaine et le chemin de halage > L’écluse de Pont Réan et son passeur d’eau douce

L’écluse de Pont Réan et son passeur d’eau douce

Contenu de la page : L’écluse de Pont Réan et son passeur d’eau douce

L'écluse de Pont Réan et son passeur d'eau douce

C’est une maison bleue. Celle-ci n’est pas accrochée à la colline, plutôt posée à fleur d’eau. Janvier 1881, décembre 1999, janvier 2007… les murs portent d’ailleurs les traces des crues de la Vilaine. Bienvenue sur l’écluse de Pont-Réan, l’une des quatre qui jalonnent le passage de la rivière à Bruz.

Le bleu, c’est Gaël Amossé qui l’a choisi. « La maison était un peu triste, je voulais une couleur qui fasse ressortir le blanc des murs à la chaux ». Effet garanti. Sur le camaïeu de verts profonds qui rythment le paysage fluvial, la jolie bâtisse ne passe pas inaperçue.

Gaël est l’éclusier de Pont-Réan. Avec ses collègues, en amont et en aval, il assure le passage des bateaux qui doivent franchir le sas des écluses. Il en passe six à huit par jour en moyenne. 4,70 mètres de large, 27 mètres de long, la cale est dimensionnée pour les péniches chargées du schiste rouge de Pont-Réan qui remontaient autrefois la Vilaine. Les plaisanciers ont remplacé les péniches mais il y a toujours besoin des hommes pour ouvrir et refermer les portes.

Pont-Réan, étape appréciée

« Je suis un passeur d’eau douce » dit Gaël. L’expression sonne comme un poème mais ne cache pas moins un métier exigeant où la polyvalence est une seconde nature. Mécanique, petite maçonnerie, peinture, entretien des espaces verts, fleurissement… le site demande une attention quotidienne pour garder toute sa magie. Et puis Pont-Réan, c’est un peu particulier, une étape appréciée des plaisanciers grâce aux auberges et aux petits commerces qui bordent la voie d’eau.

Du coup, posté sur le bajoyer (le bord) en granit, il en voit du pays Gaël ! Des Américains, des Japonais, des Italiens, des Allemands… il s’en sort toujours avec quelques mots d’anglais et une courtoisie à toute épreuve. « Indirectement, nous sommes des agents de valorisation touristique, c’est important de laisser une bonne image ». Au fil de l’eau et des années, des amitiés se sont créées et Gaël a ses habitués. Sans parler des promeneurs du coin et des nombreux randonneurs qui empruntent le chemin de halage. Au contact de la nature et des hommes, l’éclusier de Pont-Réan fait connaissance avec le monde.

En images

La maison éclusière - JPEG - 404.8 ko L'écluse est manuelle - JPEG - 465.3 ko Ecluse de Pont-Réan - JPEG - 440.3 ko Gaël Amossé, éclusier - JPEG - 396.1 ko Ecluse de Pont-Réan - JPEG - 432.2 ko

retour en haut de page