Le clocheton de l’ancienne mairie

Contenu de la page : Le clocheton de l’ancienne mairie

Le clocheton de l'ancienne mairie
-JPEG-654.6 ko
L’ancienne mairie érigée en 1950 occupait le côté nord de la place du Dr Joly

Perché au faîte de l’ancienne mairie érigée en 1950, lors de la reconstruction qui suivit le bombardement du 8 mai 1944, il a surplombé la place du Docteur Joly pendant plus de 40 ans. Les anciens Bruzois auront bien sûr reconnu le clocheton qui coiffait l’édifice.
Depuis la démolition du bâtiment en 1992, au moment de la restructuration de la place, il était entreposé sur le terrain des services techniques de la Ville, au Grand Pâtis. L’ensemble est en bon état de conservation, et la municipalité a décidé de redonner vie à ce témoin du patrimoine communal.

Un partenariat « gagnant-gagnant »

JPEGLa municipalité a tout d’abord pris l’avis d’artisans bruzois sur la possibilité ou non de le restaurer. Et de ces rencontres est finalement née l’idée d’un partenariat avec le Centre de Formation d’Apprentis (CFA) du bâtiment situé à Saint Grégoire. François Pellerin, formateur au CFA, est venu se rendre compte sur place du défi à relever et son enthousiasme a convaincu tout le monde du bien fondé de l’opération. Une opération où tout le monde trouve son compte : la Ville pour qui le coût de la rénovation sera notablement réduit, et le centre de formation qui dispose pour ses apprentis d’un exercice grandeur nature. « Les jeunes sont effectivement ravis de pouvoir travailler sur du “réel” plutôt que sur des maquettes, confirme François Pellerin. D’autant que l’ouvrage présente une particularité peu commune : un dôme à l’impériale. »

Le transport : une affaire de spécialistes

En mai 2012 il était transféré au CFA du bâtiment pour y être restauré {JPEG}Une fois définies les conditions du partenariat, s’est posée la question du transport. Impossible en effet de le transporter debout, l’ouvrage mesurant près de 7,50 m. Pour pouvoir le coucher sans l’endommager, les services techniques de la Ville l’ont « habillé » d’une structure en bois, sur les indications des spécialistes du CFA. La première opération a donc consisté à l’extraire de son lieu de stockage pour le rapprocher des ateliers. Elle a nécessité l’intervention de professionnels avec une grue de levage et une semi-remorque. Le même dispositif a été déployé un mois plus tard pour l’acheminer vers Saint-Grégoire et sera reconduit pour le trajet de retour.

Un an de travaux

-JPEG-426.3 ko

Place maintenant à la restauration. Une dizaine d’élèves en brevet professionnel de couverture-zinguerie vont se relayer au chevet de l’ouvrage pour lui rendre sa splendeur. Chaque pièce est inspectée et les plus abîmées seront remplacées. Les ardoises, de bonne facture, (« jamais d’ardoise synthétique au CFA » précise François Pellerin) seront taillées une à une et fixées au clou en cuivre. L’épi en cuivre qui chapeaute la structure sera lui aussi rénové. La fin des travaux est prévue pour juin 2013, date à laquelle le clocheton regagnera Bruz pour être placé dans un espace public qui reste encore à déterminer.

Sans ce partenariat la rénovation n’aurait sans doute jamais eu lieu car trop onéreuse. Grâce à la convention signée avec le CFA, la Ville ne financera que le coût des matériaux et les frais de transport, le tout pour un montant estimé de 10 000 €.

En images

Le clocheton a été démonté en juin 1992 avant la démolition du bâtiment - JPEG - 349.4 ko  - JPEG - 322.1 ko  - JPEG - 359.6 ko  - JPEG - 346.7 ko L'opération avait déjà nécessité l'intervention de spécialistes - JPEG - 331.4 ko  - JPEG - 369.2 ko  - JPEG - 355.4 ko Depuis 1992, il était entreposé sur le terrain des services techniques - JPEG - 322.3 ko

1 | 2 | 3 | 4 |>

A noter

Les Bruzois ont été interrogés sur l’emplacement qui leur paraissait le mieux adapté pour la réinstallation du clocheton.
263 personnes ont donné leur avis.
- 165 ont choisi le centre ville (63%)
- 67 ont choisi un parc naturel (25%)
- 31 ont choisi une entrée de ville (12%)

Au vu de ces résultats, la municipalité a donc décidé de l’implanter dans le parc de la Herverie, lieu qui satisfait aux demandes de 88% des participants.

retour en haut de page