Près de 1 300 enfants déjeunent à la cantine à Bruz, soit plus de 195 000 repas servis chaque année et malgré l’adage, la quantité ne prévaut pas sur la qualité.

« Nous sommes attentifs à la provenance et à la qualité des produits » explique Jean-Jacques Guerrier, le chef cuisinier et maître d’orchestre des 9 agents travaillant à la cuisine centrale. Carottes, poivrons, courgettes, choux fleurs, tomates… Les légumes et le pain sont les premiers produits bio à être introduits dans les menus en 2012. Depuis, la part du bio n’a eu de cesse d’augmenter. Aujourd’hui 100 % des produits d’épicerie sont issus de l’agriculture biologique et il en est de même pour les produits laitiers, le pain et les fruits et légumes frais qui sont de saison et locaux. « Et depuis cet été, les lots de viandes pourront être commandés auprès de producteurs certifiés bio ».

Mais comment gérer le passage au bio à budget constant ? Évolution des pratiques, lutte contre le gaspillage alimentaire, menus alternatifs, apport de protéines végétales, diminution de la part de viande « tout en respectant les besoins physiologiques. L’Etat va d’ailleurs en ce sens avec la loi sur l’alimentation. En 2022, les cantines devront utiliser 50% de produits durables et proposer au moins une fois par semaine un menu alternatif ».