La Vilaine et le chemin de halage

Vue de la vilaine

Au fil des siècles, la Vilaine a été la mère nourricière qui apporte l’eau et le poisson, fait tourner les moulins et permet le transport des marchandises. Mais elle faisait aussi obstacle à la circulation terrestre et emportait les récoltes lors de ses crues.

La Vilaine qui s’étend à Bruz sur 10 km entaille les roches abruptes du Boël, longe les boisements du bord de l’eau, file sous les ponts et caresse la mémoire de métiers disparus liés à la voie d’eau : les meuniers du Moulin du Boël, les éclusiers d’antan…

On dénombre sur le territoire de Bruz quatre écluses sur les douze qui jalonnent la Vilaine : celle de Cicé en amont, puis celles de Mons, de Pont-Réan et enfin du Boël.

La Vilaine permit le transport des marchandises et fit tourner les moulins. Elle fut l’une des premières en France à être canalisée (XVIe siècle). De grands travaux de réfection et d’approfondissement furent entrepris juste avant la Révolution.
Plus tard, les péniches à moteur transportaient plomb et zinc de la mine de Pont-Péan, ainsi que papier, vin et sable de la société rennaise de dragage.
Depuis, les barges ont laissé place aux bateaux des plaisanciers qui parcourent les canaux bretons.

Une balade au fil des écluses vous permet de découvrir Bruz sous un autre angle.

La Seiche

La Seiche, rivière poissonneuse d’Ille-et-Vilaine, prend sa source sur le territoire de la commune du Pertre.

Après avoir servi de frontière entre la Mayenne et l’Ille-et-Vilaine sur environ 20 kilomètres, elle se jette dans la Vilaine à hauteur de Bruz, après un long périple de 100 kilomètres.

Comme son nom l’indique, cette rivière connaît des étiages sévères en été, mais est aussi très capricieuse l’hiver, provocant parfois des inondations.
Prédisposée à ce phénomène par la nature de son sol (schiste imperméable), elle se laisse en quelque sorte apprivoiser par des aménagements.

La Seiche est surtout visible au pont Saint-Armel (route de Laillé) et longe ensuite le Parc de l’An 2000.

Le site du Boël

Le moulin du boel

Le site du Boël est l’un des plus pittoresques de la vallée de la Vilaine. Il s’étend sur trois communes : Bruz, Laillé et Guichen. On y accède par le bourg de Pont-Réan ou à partir de Bruz en prenant la direction de Laillé.

Cluse rocheuse de schiste violet, il est caractérisé par un front de taille impressionnant dû à d’anciennes carrières de schistes de construction, exploitées jusqu’au XXe siècle.

La diversité botanique fait apparaître une succession de boisements (chênes, châtaigniers, conifères) et de landes installées sur des falaises abruptes. On notera également la présence d’orchidées mâles en grande quantité sur le replat des falaises.

La particularité du site est sans nul doute le moulin qui se dresse dans le lit de la rivière.

Un vaste réseau de sentiers permet aux promeneurs d’accéder à plusieurs points de vue sur la Vilaine et la campagne environnante. Ce cadre agréable offre de remarquables panoramas aux promeneurs et aux artistes.

Adresses : Le parking pour vous rendre au moulin à pied côté Bruz ou le parking de l’écluse côté Guichen.

Étangs et plans d’eau

Lac à Ker Lann

L’étang de la Bodrais

Ce lieu, idéal pour la détente (pique-nique à l’ombre des sapins, promenade autour de l’étang ou pêche sur des secteurs adaptés) est né d’une ancienne sablière réaménagée en 1981.
La faune y bénéficie d’un milieu favorable à son développement. Cet étang accueille des oiseaux nicheurs, maintient des populations d’amphibiens menacés (grenouilles, crapauds, tritons), et d’insectes comme les libellules, papillons et sauterelles.
La flore, et le maintien sur place des troncs et souches de bois endommagés, renforcent et accentuent la biodiversité.

Plans d’eau du campus de Ker Lann

Créé en 1991, ce pôle universitaire et technologique de 170 ha fait cohabiter sur un même site 19 établissements d’enseignement supérieur et organismes de formation, et des entreprises innovantes. Près de 6000 étudiants se forment chaque année sur le campus, tandis qu’environ 1000 personnes y travaillent quotidiennement.

La nature est très présente dans cette réalisation, et l’architecture des bâtiments se fond discrètement dans un environnement paysager où haies bocagères, plans d’eau et sentiers piétonniers appellent à la promenade et à la détente.

L’étang du Vau Gaillard

Zone de promenade comportant un espace de jeux et un parcours de santé (800 m, 30 exercices). La pêche y est autorisée.

Et aussi…

L’étang de « La petite ville » (direction Pont-Péan) : petit plan d’eau avec tables de pique-nique, ou bien encore les étangs de Cicé et de la Louveterie.

 

A noter

La pratique de la pêche est autorisée dans tous les étangs communaux de la Bodrais, de La Louveterie, de Cicé et du Vau Gaillard.
Elle est ouverte à tous les Bruzois avec un tarif préférentiel, et aux non Bruzois.
Carte obligatoire à l’année ou à la journée.
Renseignements auprès de l’association La Gaule bruzoise – 07 87 02 81 10 – maycostard@wanadoo.fr.