Accueil du site > Economie & emploi > Actu économique > Le métro rennais se construit à Bruz

Le métro rennais se construit à Bruz

Contenu de la page : Le métro rennais se construit à Bruz

Le métro rennais se construit à Bruz

Bonna Sabla, entreprise bruzoise spécialisée dans la fabrication de produits en béton pour travaux publics, est l’un des principaux fournisseurs de la société chargée de construire la deuxième ligne de métro.
Une commande hors normes qui lui a permis de recruter 45 personnes.

30 000 pièces de béton d’ici 2017

Depuis quelques semaines, ceux qui passent dans la zone industrielle vers l’avenue Lavoisier, au niveau de l’entreprise Bonna sabla, peuvent être intrigués à la vue de gigantesques plaques incurvées en béton, posées les unes sur les autres.
Ces étranges objets, qui portent le nom de « voussoirs », sont les pièces majeures de l’armature du tunnel de la future ligne B du métro rennais. L’usine bruzoise a en effet remporté un marché auprès du groupement d’entreprises chargé de la réalisation de la deuxième ligne du métro, pour la construction et la fourniture de ces pièces de béton.
« Le tunnelier creuse, puis pose ces voussoirs. Sept voussoirs imbriqués permettent de constituer un anneau. C’est ainsi que s’assemble le tunnel du métro », explique Laurent Renault, directeur de l’usine. Au total, il est demandé à l’entreprise de mettre à disposition neuf à dix anneaux de voussoirs par jour, six jours par semaine, soit plus de 30 000 voussoirs d’ici 2017, pour couvrir les huit kilomètres du parcours souterrain du métro.

Une bouffée d’oxygène

Pour l’usine Bonna sabla, installée sur notre commune depuis 1966, ce chantier est une véritable bouffée d’oxygène. Alors qu’elle était engagée dans un plan social il y a à peine deux ans, cette commande hors normes lui a permis de recruter 45 personnes.
Pour faire face à ce besoin de main-d’œuvre, l’entreprise a notamment fait appel à l’association bruzoise Relais Emploi, qui l’a aidée à rechercher les bons profils et à mener une démarche de retour à l’emploi pour des publics en situation d’insertion.
« Nous avons recruté sur des postes d’opérateur de production, de cariste, mais également sur des profils de technicien qualité, d’agent de laboratoire, pour répondre aux enjeux posés par ce chantier très technique », précise Laurent Renault. Avec un tracé aux courbes par moment très serrées, la ligne B demande en effet des voussoirs de tailles différentes ainsi qu’une précision hors pair.

Autant de compétences que les constructeurs rennais ont su trouver chez leurs voisins bruzois !

retour en haut de page